Du cote de chez Swann
- 0 %
Der Artikel wird am Ende des Bestellprozesses zum Download zur Verfügung gestellt.

Du cote de chez Swann

 EPUB
Sofort lieferbar | Lieferzeit: Sofort lieferbar I

Unser bisheriger Preis:ORGPRICE: 2,23 €

Jetzt 2,22 €*

ISBN-13:
9782819942214
Einband:
EPUB
Seiten:
705
Autor:
Marcel Proust
eBook Typ:
Adobe Digital Editions
eBook Format:
EPUB
Kopierschutz:
Adobe DRM [Hard-DRM]
Sprache:
Französisch
Beschreibung:

pubOne.info present you this new edition. Longtemps, je me suis couche de bonne heure. Parfois, a peine ma bougie eteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n'avais pas le temps de me dire: Je m'endors. Et, une demi-heure apres, la pensee qu'il etait temps de chercher le sommeil m'eveillait; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumiere; je n'avais pas cesse en dormant de faire des reflexions sur ce que je venais de lire, mais ces reflexions avaient pris un tour un peu particulier; il me semblait que j'etais moi-meme ce dont parlait l'ouvrage: une eglise, un quatuor, la rivalite de Francois Ier et de Charles Quint. Cette croyance survivait pendant quelques secondes a mon reveil; elle ne choquait pas ma raison mais pesait comme des ecailles sur mes yeux et les empechait de se rendre compte que le bougeoir n'etait plus allume. Puis elle commencait a me devenir inintelligible, comme apres la metempsycose les pensees d'une existence anterieure; le sujet du livre se detachait de moi, j'etais libre de m'y appliquer ou non; aussitot je recouvrais la vue et j'etais bien etonne de trouver autour de moi une obscurite, douce et reposante pour mes yeux, mais peut-etre plus encore pour mon esprit, a qui elle apparaissait comme une chose sans cause, incomprehensible, comme une chose vraiment obscure
pubOne.info present you this new edition. Longtemps, je me suis couche de bonne heure. Parfois, a peine ma bougie eteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n'avais pas le temps de me dire: Je m'endors. Et, une demi-heure apres, la pensee qu'il etait temps de chercher le sommeil m'eveillait; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumiere; je n'avais pas cesse en dormant de faire des reflexions sur ce que je venais de lire, mais ces reflexions avaient pris un tour un peu particulier; il me semblait que j'etais moi-meme ce dont parlait l'ouvrage: une eglise, un quatuor, la rivalite de Francois Ier et de Charles Quint. Cette croyance survivait pendant quelques secondes a mon reveil; elle ne choquait pas ma raison mais pesait comme des ecailles sur mes yeux et les empechait de se rendre compte que le bougeoir n'etait plus allume. Puis elle commencait a me devenir inintelligible, comme apres la metempsycose les pensees d'une existence anterieure; le sujet du livre se detachait de moi, j'etais libre de m'y appliquer ou non; aussitot je recouvrais la vue et j'etais bien etonne de trouver autour de moi une obscurite, douce et reposante pour mes yeux, mais peut-etre plus encore pour mon esprit, a qui elle apparaissait comme une chose sans cause, incomprehensible, comme une chose vraiment obscure